Le Banquet des Généraux

Welcome to our discussion forum!

You are not logged in.

#1 2015-12-15 08:09:24

The Guru
-
Registered: 2007-03-07
Posts: 742

Compte-rendus de Décembre

Bon je me fends d'un petit CR pour mon proto

le jeu demande encore un certain nombre de réajustements, mais commence à prendre forme. Chaque playtest apporte son lot d'enseignements. Je ne manquerai pas de venir vous soumettre la prochaine mouture...Merci à Corto de s'y être collé cette fois-ci.

Pascal agrémentera peut-être le récit de quelques-unes de ses photos



1936 s'ouvre avec la remilitarisation de la Rhénanie, que l’Allemagne exécute sans coup férir face à la passivité des vainqueurs de 1918. La Belgique venait à peine, sentant le vent tourner, de proclamer une politique de stricte neutralité. Alors que le Reich œuvre à son réarmement accéléré, pour parachever la réorganisation de la Wehrmacht et garnir sa frontière occidentale, la France de Léon Blum lui emboîte le pas, au prix de substantiels remous sociaux ; plusieurs remaniements gouvernementaux seront nécessaires, et si la droite conservatrice s'en trouvera apaisée et la crise politique majeure évitée – notamment grâce à l’abstentionnisme français dans la guerre civile espagnole, le monde ouvrier restera en ébullition jusqu'en 1938, année où le Front Populaire, affaibli, cédera les rênes du pouvoir au gouvernement Daladier. Les Britanniques, confiants en les progrès notables du réarmement français, amorceront pour leur part un timide accroissement de leur appareil militaire, jugulé par les restrictions budgétaires.  Les puissances de l'Entente Cordiale parviendront néanmoins à raviver la Petite Entente (Tchécoslovaquie-Yougoslavie-Roumanie) qui bride, sous les termes du Traité de Trianon, les visées revanchardes d'une Hongrie qui attend son heure.

En Espagne, les nationalistes, sous la férule de Franco et soutenus par l'Allemagne et l'Italie, enchaînent les succès militaires, face à des républicains impuissants malgré l'aide prodiguée par l'URSS.

Le chancelier Hitler,  fort de son premier succès, ne tarde pas à diriger ses appétits vers son Autriche natale. Malgré quelques bras-de-fer diplomatiques avec les démocraties occidentales, le Führer parviendra à soutirer nombre de concessions et éroder la résistance de Vienne, allant jusqu'à convoquer Schussnig à Bechtesgaden pour le soumettre à ses gesticulations colériques, et concentrer des troupes à la frontière dans d’intimidantes manœuvres. L'Autriche tombera en hiver 1937, tel un fruit mûr. À l'annonce de cette réunion de frères de sang germaniques, la communauté allemande de Memel, en Lituanie, se soulève à l’appel des cellules nazies locales et réclame à son tour, le retour à la mère-patrie. Usant de ce prétexte, la Wehrmacht entre à Memel, sans susciter de réactions internationales.

Mussolini, pour sa part, se rêve en arbitre des événements qui se déroulent sous ses yeux, et ne prend fait et cause pour aucun des partis.

À l'Est, Staline, caressera un instant le rêve d'un Komintern-cheval de Troie contre la vieille Europe bourgeoise. Moscou alimentera les foyers de subversion bolchévique en Europe ; en Yougoslavie l’agitation se muera en force organisée. Mais à l’automne 1936, à peine, le congrès du Komintern se rendra coupable de déviationnisme trotskiste, et l'organisation, ayant encouru l'ire du maître du Kremlin, sera impitoyablement purgée, jusqu'à plus n'être qu'un pantin émasculé aux ordres de Moscou.

Staline n'abandonnera pas pour autant la subversion en sous-main, et entamera un patient travail de sape dans les pays baltes, et en Lituanie plus particulièrement, profitant  des tensions à l'Ouest et du désintérêt que France et Royaume-Uni affectaient pour cette région d'Europe. L'Union Soviétique a de plus à se réjouir d'un succès diplomatique non-négligeable, que sa condition de paria parmi les chancelleries européennes ne laissait guère présager, en signant un important traité d'amitié avec la Finlande. Pour parachever sa pénétration dans la région, le Petit Père des Peuples ordonne à l'Armée Rouge d'occuper les pays baltes à l'automne 1938. Consternation à Berlin, qui cherche à sauver la face et et invite les Soviétiques à régler la question lors d'une grande conférence. Ceux-ci, peu désireux d'un conflit ouvert avec l'Allemagne, sont trop heureux d'entériner de la sorte leur geste coup-de-poker. Ainsi se scelle le funeste sort des trois jeunes nations baltes.

À Berlin, quelques lourds nuages viennent assombrir l'horizon lointain des ambitions d'Hitler : si le réarmement bat son plein et que le génie allemand multiplie les expédients pour pallier les récurrents déficits de matières premières nécessaires à l'industrie de guerre, la pénurie alimentaire devient aiguë, contre laquelle l'économie allemande grevée par son manque de devises étrangères ne trouve guère de parade. Le spectre hideux du blocus vécu lors du dernier conflit fait un instant craindre le pire et contraint l'industrie de guerre à débrayer pour alléger la pression sur la population civile. De plus, les appétits de certains ténors du parti nazi, sombres sbires aux dents longues, alimentent en coulisse des querelles intestines qui déforcent la position internationale du régime.
Pire, au delà des frontières, les démocraties occidentales resserrent l'étau de leur système d'alliances, qui aux forces vives de la Petite Entente verra s'adjoindre la Pologne maintenant fermement acquise.

En 1939, l'horizon se dégage enfin pour le Führer. La victoire de Franco, que rien n'avait semblé pouvoir arrêter, à l'été de 1938, avait été motif de réjouissance à Berlin. Puis viendra l'affaiblissement annoncé de la Petite Entente, qu'à l'ouest on portait déjà bout de bras, et dont les signataires abrogeront un Traité de Trianon devenu caduc au regard des récentes pression sur le rapport de forces européen. La Hongrie, ainsi rétablie au rang d'acteur majeur dans le drame centre-européen, fait pourtant un temps mystère de ses allégeances, malgré les promesses allemandes de combler ses revendications territoriales, avant de rejoindre le giron du Reich. C'est de l'Est, pourtant, que viendra l'estocade. Staline, après ses conquêtes baltes, étendait son ombre sur la Roumanie. Si les chancelleries occidentales s'acharneront à l'en éloigner, donnant lieu à des joutes qui verront les uns et les autres tour à tour brandir les pires menaces et s'effrayer des dangers d'une escalade, l'inévitable finira par se produire. L'Armée Rouge occupera la Bessarabie, et à sa suite suite la Roumanie entière quelques mois plus tard.

Ce basculement minera la position occidentale en Europe centrale. Les visées que le Reich entretient à l’égard de la minorité germanophone des Sudètes y trouvent un nouvel élan. Prague cède progressivement du terrain face aux revendications de Berlin, allant jusqu'à prmettre la quasi-autonomie de la région. Les duels diplomatiques qui s'étaient livrés entre Londres, Paris et Berlin sur cette question brûlante verront les militaires de part et d'autre tempérer les ardeurs de leurs dirigeants politiques respectifs, craignant un conflit prématuré pour lequel les armées ne se jugeait pas encore prête. Quelle ne fût pas la colère d'Hitler de voir Halder et Beck, qui remplaçaient les généraux de la vieille garde prussienne, purgée parce que jugée trop timorée, se faire l'écho de ces mêmes craintes.
À l'automne 1940, la Wehrmacht franchit sans ultimatum  les frontières de l'état tchécoslovaque. L'armée tchèque, tétanisée par ce coup de théâtre  demeure l'arme au pied. À Paris et Londres, placées devant le fait accompli, la stupeur ne se mue pas en réaction concrète. Le démembrement de l'état tchèque se parachève avec la cession de la bande sud du territoire slovaque nouvellement créé à la Hongrie, et l'absorption par l'Union Soviétique de la Ruthénie subcarpathique, de population ukrainienne. À Noël 1940, plus rien ne subsiste de l'Europe des vainqueurs de 1918, mais elle est encore en paix. Pour combien de temps ?


"It is well that war is so terrible - lest we should grow too fond of it." General Lee.

Offline

 

#2 2015-12-15 09:43:30

Corto
Praelatus
Registered: 2007-03-15
Posts: 963

Re: Compte-rendus de Décembre

Guru,
J'ai eu le bonheur de pouvoir tester la chose samedi dernier: très basiquement, je puis te dire que c'est un très chouette jeu, très prometteur. Nous avons déjà eu l'occasion de "debriefer"; je n'y reviens donc pas ici. C'est quand tu veux pour une autre partie.
Par contre, le CR ci-dessus est celui de dimanche, non? te fendrais-tu également d'un CR relatif à la partie de samedi (qui était aussi plutôt animée, malgré la forte proportion de novices autour de la table)?

Last edited by Corto (2015-12-15 09:43:56)


"Soldats du 5e de ligne, reconnaissez-moi! S'il en est un qui veuille tuer son général, son empereur, il le peut: me voilà!" (7 mars 1815).

Offline

 

#3 2015-12-15 09:47:50

The Guru
-
Registered: 2007-03-07
Posts: 742

Re: Compte-rendus de Décembre

De dimanche indeed. Je vais voir si je trouve le temps de faire un bref compte-rendu de celle de samedi, même si ma mémoire grillée par l'abus de psychotropes et mon agenda de ministre ne me permettent pas de le promettre.


"It is well that war is so terrible - lest we should grow too fond of it." General Lee.

Offline

 

#4 2015-12-16 13:13:17

thingol
Praetorianus
From: Ath
Registered: 2009-07-23
Posts: 297

Re: Compte-rendus de Décembre

Ce dimanche, Corto et moi avons décidé d'étrenner "A Most Dangerous Time". Ce jeu à l'échelle stratégique (1 tour = 6 mois ; 1 counter = 1000-2000 hommes) relate les guerres menées dans le Japon du 16e siècle entre Oda Nobunaga et ses adversaires.

Je jouais le camp d'Oda Nobunaga tandis que Jean-François jouait l'alliance Anti-Oda. Nous avons décidé de jouer le scénario court : 10 tours couvrant la période 1570-1574.

Les premiers tours voient Oda garder l'iniative stratégique (plusieurs chits tirés pour Oda tandis que les chits tirés par l'alliance Anti-Oda sont moins nombreux et lui offrent moins de possibilités). Cela permet à Oda de conquérir les Azai tout en contenant les Ikko-Ikki (en noir) et les Azakura.

L'incendie du temple du Mont Hiji (event) permet à Oda de prendre le point de victoire qui lui manquait.

La chance est décidément avec Oda, car lorsque le clan des Takeda se retourne contre lui, leur daimyo, Takeda Shingen, un des plus grands chefs de guerre de l'époque, meurt subitement, laissant son héritier plus inexpérimenté conduire l'offensive. Ce dernier se révélera cependant durant un temps le digne héritier de son père.

La fin du scénario court voit Oda plutôt sur la défensive avec les Takeda qui viennent de la droite de la carte et se frayent un chemin vers le coeur des terres d'Oda, les Ikko-Ikki et Miyushi qui prennent Kyo (la capitale) et les Azakura toujours puissants.

Mais Oda retourne la situation en reprenant Kyo, puis en infligeant une défaite décisive à l'armée Azakura, dont il a préalablement coupé les lignes de communication.

Fin du scénario court : victoire d'Oda avec 5 châteaux de niveau 2 ou 3 plus le counter "Good Fortune". Nous avons décidé de continuer à jouer les tours qui suivent la fin du scénario court.

Les Takeda restent menaçants, et assiègent les châteaux d'Oda les uns après les autres. Quelques tours plus tard, l'armée Takeda jusque-là invincible se voit également couper ses lignes de communication et ses troupes sont anéanties lors de la bataille de Komaki.

Cela permet à Oda de respirer et de reprendre l'offensive contre les Ikko-Ikki et les Mayushi avant la venue des troupes Mori et Uesugi, qui n'auront pas le temps de se confronter à Oda avant la fin de notre partie (nous avons dû stopper au tour 18).

Pour ma part, j'ai apprécié le jeu pour son aspect dynamique au niveau ludique et parce qu'il rend bien à mon sens l'aspect chaotique de telles guerres dans des sociétés pré-modernes. Cependant, tant d'aléatoire lié aux activations, aux mouvements, aux trahisons toujours possibles peut rendre le jeu frustrant, comme certains ont pu le constater de visu lors du Banquet. tongue

Par contre, plusieurs bémols :
- les règles sont confuses et à plusieurs endroits carrément fausses, et ce pour des points importants : il faut consulter les errata et les FAQ pour avoir une idée exacte des règles du jeu. Une version mieux rédigée et mise à jour me semble indispensable
- le scénario court (10 tours) n'est pas convaincant : trop court pour que la chance tourne, il est également déséquilibré. Le joueur Anti-Oda est trop passif et est réduit à la défensive la plupart du temps. C'est normal car ce camp monte en puissance progressivement dans le jeu : plusieurs clans le rejoignent au fur et à mesure des années.
- le scénario normal (30 tours), qui semble lui plus intéressant, est par contre trop long pour être joué en une session : nous sommes arrivés au tour 18.

Offline

 

#5 2015-12-16 15:52:51

thingol
Praetorianus
From: Ath
Registered: 2009-07-23
Posts: 297

Re: Compte-rendus de Décembre

http://img11.hostingpics.net/pics/932385pic390423.jpg

En attendant les photos de Pascal, cette carte permet déjà de visualiser un peu mieux l'action :
- Oda est en jaune clair au centre de la carte
- Les Azai et Asakura sont au centre en haut
- Les Takeda tout à droite
- Les Ikko-Ikki en bas à gauche (en noir)

Last edited by thingol (2015-12-16 15:55:18)

Offline

 

#6 2015-12-17 16:42:45

Corto
Praelatus
Registered: 2007-03-15
Posts: 963

Re: Compte-rendus de Décembre

Admirable CR, mon cher Thingol! Limpide, agréable, et complet.

Bon. Il est vrai que je suis un peu tendu ces derniers temps (oui, Boots, je dois prendre du magnésium), mais incarner la faction anti-Oda dans ce jeu requiert des nerfs d'acier. Plus faible au départ, j'ai dû laisser passer des tours sans rien faire (le chit "end turn" étant tiré après les activations d'Oda!), ce qui a ressemblé à un déroulé de la puissance du clan Oda.

Ajoutez à cela des dés calamiteux (le plus beau étant 7 dés à 1,2, 3 alors que je devais faire des 4,5 et 6; ou encore la mort du puissant Takeda Schingen survenue alors qu'il était à peine arrivé sur la carte: il faut tester son état de santé chaque tour et en fait juste éviter de faire 2 ou 3 sur deux dés; je fais 3...), et je dois bien le dire, j'ai exprimé à haute voix ma frustration.

Les choses s'équilibrent un peu à partir du tour 14-15 (et nous avons donc arrêté au tour 18)... C'est un jeu à refaire, assurément. Il est surprenant et laisse une grande part au hasard (par contre, j'ai bien aimé les trahisons de clans ou de leurs samurais ou damyos, qui se jouent avec des cartes acquises au gré des conquêtes), c'est bon de le savoir dès le départ.

Last edited by Corto (2015-12-17 18:36:27)


"Soldats du 5e de ligne, reconnaissez-moi! S'il en est un qui veuille tuer son général, son empereur, il le peut: me voilà!" (7 mars 1815).

Offline

 

#7 2015-12-18 16:21:37

Pascal Antoine
Praelatus
From: Floriffoux
Registered: 2007-06-24
Posts: 1269

Re: Compte-rendus de Décembre

Je vois avec plaisir que la relève est assurée: Merci beaucoup!  cool

En ce dernier mois de 2015, nous avions le local à notre disposition tout le week-end. Je vais cependant détailler les activités par jeu (d'abord) et non par jour.

Dans l'ordre alphabétique, nous avions donc:

I. A Most Dangerous Time

http://img11.hostingpics.net/pics/793579AMostDangerousTimeSetup.jpg

Thingol affrontait Corto, pas encore remis de ses émotions de la veille d'avoir du jouer le petit moustachu... wink

http://img11.hostingpics.net/pics/477138AMostDangerousTimePlayers.jpg

[Debout: Colonel Rosenberger vient chercher un peu de distraction au Japon...]

Vous avez déjà eu le compte-rendu. Voici donc la photo du jeu en fin de partie:

http://img11.hostingpics.net/pics/518691AMostDangerousTimeEndofPlay.jpg


"La guerre fait de nous des monstres"... "C'est parce que nous sommes des monstres que nous faisons la guerre." - François Bourgeon - Dialogue extrait de la BD "La Petite Fille Bois-Caïman" - Courez acheter les 2 tomes, ainsi que toutes les BD de François Bourgeon - VITE!  :-))

Offline

 

#8 2015-12-18 17:00:55

Pascal Antoine
Praelatus
From: Floriffoux
Registered: 2007-06-24
Posts: 1269

Re: Compte-rendus de Décembre

II. Prelude to War

C'est un CDG de diplomatie et d'influences en Europe, de 1936 à 1939-40 - Bref, comme son nom l'indique, avant la guerre elle-même. Il y a trois camps, représentants les trois blocs de l'époque: Les Démocraties Libérales, les Fascistes/National-Socialistes et les Communistes.

The Guru vous a déjà expliqué la partie de dimanche de son "prototype" de jeu: A mes yeux, ce n'est plus vraiment un prototype, car les bases sont déjà claires, bien définies et saines! Il reste donc a peaufiner l'équilibre du jeu: C'est un travail de playtest qui peux demander pas mal de temps et d'efforts, mais je suis convaincu que cela en vaut la peine:

Je n'ai pas joué à ce jeu, mais j'ai pu entendre plusieurs explications sur son fonctionnement et je dois avouer que je suis fort impressionné par ce que j'ai entendu: The Guru, non seulement, a fait preuve d'excellentes capacités d'analyse de la situation d'avant-guerre, mais aussi de capacités de synthèse du même niveau! Ce qui nous permet de goûter à "la crème de l'histoire" (si je puis me permettre cette association culinaire) et d'avoir un jeu qui simule l'histoire ou des histoires alternatives, et ce, de façon cohérente par rapport aux forces en jeu à l'époque: Ce qui, AMHA, est unique dans le hobby, en ce qui concerne la 2 GM!

La carte de playtest:

http://img11.hostingpics.net/pics/757669PreludetoWarMap.jpg

En plus de la carte, chaque joueur possède sa farde, avec les tables spécifiques, ainsi qu'un tableau de bord de son camp, regroupant les différents paramètres au coeur du système de jeu. [Je sais qu'il y a le Prestige, mais je n'ai pas approfondi la question...]

Les joueurs du samedi:

http://img11.hostingpics.net/pics/324337PreludetoWarPlaytest1.jpg

Boots servait de coach et de remplaçant après le départ de certains testeurs.
Corto, comme dit précédemment, s'est sacrifié pour jouer le petit moustachu!
Laurent jouait le petit père du peuple.
Nicolas jouait les alliés occidentaux.

The Guru, debout, a animé la partie et a alimenté les joueurs en informations.

Dimanche:

Boots est devenu joueur à plein-temps (Hitler - on peut dire le nom avec Boots!) Tom a rejoint les Alliés et The Guru (que l'on voit donner des explications) jouait Staline:

http://img11.hostingpics.net/pics/624323PreludetoWarPlaytest2.jpg

Je souhaite sincèrement que ce jeu soit publié, car il le mérite pleinement!

Three Cheers for our President:  Hip Hip Huzzah!   Hip Hip Huzzah!   Hip Hip Huzzaaah!   big_smile


"La guerre fait de nous des monstres"... "C'est parce que nous sommes des monstres que nous faisons la guerre." - François Bourgeon - Dialogue extrait de la BD "La Petite Fille Bois-Caïman" - Courez acheter les 2 tomes, ainsi que toutes les BD de François Bourgeon - VITE!  :-))

Offline

 

#9 2015-12-18 17:04:41

Pascal Antoine
Praelatus
From: Floriffoux
Registered: 2007-06-24
Posts: 1269

Re: Compte-rendus de Décembre

III. Twilight Struggle

XM et Otto ont pu jouer trois parts-éclairs de Twilgith Struggle: Ils ont fini si rapidement que je n'ai même pas eu le temps de prendre une photo de fin de partie!

La première partie s'est terminée au premier tour, avec la CIA qui "pète un câble" et déclenche le feu nucléaire... Ce qui fait que les occidentaux perdent! Cela s'appelle se tirer une balle (et une grosse, hein) dans le pied! hmm

http://img11.hostingpics.net/pics/404320TwilightStrugglePlayers.jpg


"La guerre fait de nous des monstres"... "C'est parce que nous sommes des monstres que nous faisons la guerre." - François Bourgeon - Dialogue extrait de la BD "La Petite Fille Bois-Caïman" - Courez acheter les 2 tomes, ainsi que toutes les BD de François Bourgeon - VITE!  :-))

Offline

 

#10 2015-12-18 18:13:09

Pascal Antoine
Praelatus
From: Floriffoux
Registered: 2007-06-24
Posts: 1269

Re: Compte-rendus de Décembre

IV. Ukraine '43

Col. Rosenberger et moi-même avions testé précédemment Ukraine '43 première édition... Mais nous en sommes maintenant à la seconde édition, et c'est vraiment un jeu différent de la première édition!

Samedi:

Pour notre première partie, Col. Rosenberger jouait les Soviétiques et je jouais l'Axe.

Le setup:

http://img11.hostingpics.net/pics/768420Ukraine43Session1Setup.jpg

Dans ce jeu, le setup est fixé pour l'Axe, alors que le Soviétique a un setup quasi-libre: Il doit juste respecter les limites de Fronts de départ.

L'exemple de jeu montre un Front sud inactif au premier tour et ce n'est pas à faire! Bon, ils disent que l'exemple n'est pas nécessairement la meilleure stratégie, mais quand même: Dans ce jeu, le Soviétique doit attaquer en un maximum de points la ligne adverse! Des attaquent à 2:1 sont à faire sans problème. Le Soviétique peut même risquer quelques attaques à 1:1, car il a de quoi remplacer les pertes avec 2 pas d'infanterie, 1 pas de Tank et 1 pas de "divers" par tour!

Dans notre partie, Col. Rosenberger s'est concentré sur des attaques à plus hauts rapports de forces et cela n'a pas vraiment payé.

Il a concentré ses deux Armées au Nord de Kharkov et les lignes allemandes ont vite été percées: (Tour 1)

http://img11.hostingpics.net/pics/963504Ukraine43Session1EndT1.jpg

Son plan était de tourner la ligne Belgorod-Kharkov par l'ouest et d'obliger les Allemands à se replier: Bien vu! Première surprise pour les deux joueurs: Au premier tour, il y a déjà une contre-attaque de Panzers: Même si elle ne concerne pas les deux fers de lance que sont les Armées Soviétiques, cela surprend... Et redonne de l'espoir au joueur allemand - moi - car je n'avais jamais été en position de rassembler des Panzers pour une contre-attaque lors de notre partie avec la première édition!

La percée au nord de Sumy est laissée au soin de deux Tank Corps, accompagnés d'unités de support et d'infanterie et Sumy doit être évacuée par les Allemands...

Mais c'est au tour 3 que les choses changent: La Gross Deutschland arrive! Et ce ne sont pas des frimeurs: Une unité 15-12-7, avec un shift d'Elite et un shift de Tigres! Même seulement appuyée de quelques restes de troupes locales, elle repousse très rapidement les éléments soviétiques les plus avancés et leur bloque toute avancée vers l'ouest!

Un peu plus tard, cette division d'Elite est relevée par une Panzer Division. La GD rejoint alors les défenseurs à l'ouest de Kharkov:

La stratégie soviétique a payé et les Allemands ont du se replier dans Kharkov, pour éviter l'encerclement! Les deux Tank Armées soviétiques menacent de tourner Kharkov et c'est à ce moment que je commence à réaliser le plein potentiel allemand de contre-attaque:

Je groupe une Panzer Division avec la 5 SS-Panzer Viking et la GD (déjà réduite). Pour faire bonne mesure, j'y adjoint le 503 bataillon de Tigres! Voici ce que Col. Rosenberger a baptisé un "Killer-Stack"!

De fait, ce stack nettoie systématiquement toute la zone de plaines à l'ouest de Kharkov et permet ainsi de reformer une ligne de défense de longueur minimale, favorisant la concentration des unités allemandes!

Tour 5:

http://img11.hostingpics.net/pics/703965Ukraine43Session1EndT5.jpg

Le "Killer-Stack" est conctitué de deux stacks sur la photo, mais ils sont regroupés en attaque: Balèze! tongue

Tour 6 - Fin de partie 1:

http://img11.hostingpics.net/pics/913423Ukraine43EndSession1A.jpg

Les Panzers ont pu se concentrer suffisamment pour repousser les Armées soviétiques!

La lutte est terrible pour le contrôle de Kharkov: Les Allemands perdent deux pas par tour et ne pourront suivre ce rythme effréné: Ils devront abandonner Kharkov: Le truc est évidemment de ne pas trop insister, mais de freiner les Soviétiques le plus possible, tout en préservant ses unités...

Plus à l'est, les Soviétiques ont fini par percer les lignes allemandes, mais leur avancée est limitée.

http://img11.hostingpics.net/pics/994595Ukraine43EndSession1B.jpg

Le pire pour le joueur soviétique concerne le Front sud: Ses attaques ont été repoussées et quand elles auraient pu faire reculer les troupes allemandes, celles-ci ont réussi leur dé de défense déterminée et sont restées sur place: Pas d'avancée soviétique, mais aussi, pas d'unité allemande disrupted! La ligne a immédiatement été renforcée et les allemands ont maintenu le Status Quo pendant 5 tours au sud! Ce n'est qu'au tour 6 que les Soviétiques ont pu percer et que les Allemands se sont repliés devant les villes qui rapportent des VP!

Col. Rosenberger est en état de choc et décide d'arrêter: Nous sommes tous les deux surpris de la forme des unités de l'Axe et nous essayons de réfléchir à cette expérience... Et, après une bonne nuit de repos, nous décidons de recommencer en inversant les camps!

Last edited by Pascal Antoine (2015-12-18 18:19:32)


"La guerre fait de nous des monstres"... "C'est parce que nous sommes des monstres que nous faisons la guerre." - François Bourgeon - Dialogue extrait de la BD "La Petite Fille Bois-Caïman" - Courez acheter les 2 tomes, ainsi que toutes les BD de François Bourgeon - VITE!  :-))

Offline

 

#11 2015-12-18 18:59:08

Pascal Antoine
Praelatus
From: Floriffoux
Registered: 2007-06-24
Posts: 1269

Re: Compte-rendus de Décembre

Dimanche:

Setup:

http://img11.hostingpics.net/pics/805430Ukraine43Session2Setup.jpg

Ma stratégie est assez simple: Une Tank Armée doit capturer Sumy et libérer la voie ferrée pour avancer vers Kiev.

Une autre Tank Armée doit s'occuper de l'avancée sur Belgorod-Kharkov.

Plus à l'est il s'agit de passer partout où c'est possible et de désorganiser suffisamment la ligne allemande pour que les réserves locales ne puissent aider à la défense de Kharkov.

Au sud, il faut attaquer sans relâche, même avec des unités réduites!

Finalement, le sud est très important et si mon premier jet de dé à 1:1 n'a apporté qu'un EX (échange) mon second jet de dé a forcé les allemands à reculer, sans pouvoir rester sur place: La ligne est percée et les réserves locales doivent rester: Elles contre-attaquent, mais sont rapidement submergées sous le nombre! Pire, pour l'Allemand: Il n'a pas défendu ses cités: Il a risqué une contre-attaque avec espoir de redéploiement par "Mobile-Assault", mais n'a pu le faire! Conséquence: Deux cités du sud tombent au tour 2!

Ailleurs, les Soviétiques percent à plusieurs endroits, mais il n'y a rien de catastrophique dans l'immédiat: Comme dans la partie précédente, la contre-attaque de Panzers arrive dès le tour 1: C'est à mon tour de faire "Glup!" hmm

Bon, je dois faire quelque chose à ce sujet, sinon, je vais me faire balayer par ces Panzers s'ils se regroupent! C'est à ce moment que je décide d'attaquer un maximum de Panzers - Ce que Col. Rosenberger n'avait pas fait la veille!

La ligne Belgorod-Kharkov est tournée et les Allemands doivent se replier, mais Col. Rosenberger décide de laisser des troupes dans Belgorod: Elles se font encercler... Le rail n'avance pas pour les Soviétiques: Ils vont vite arriver au bout de leur ligne de ravitaillement!

Les deux gros problèmes dans cette partie pour les Allemands viennent du sud et du nord: La Gross Deutschland est arrivée bien seule, alors que les soviétiques étaient déjà fort avancés - Bien plus que dans le première partie: Cela engendre une plus grande dispersion des troupes et Col. Rosenberger n'a pas pu réaliser l'équivalent de mon "Killer-Stack" avec la GD: Il a bien évidemment contre-attaqué et de nombreuses troupes soviétiques ont été repoussées et disrupted, mais cela n'a pas suffit!

Au tour 7: '[Fin du tour soviétique]

Contrairement à la première partie, les pertes allemandes sont telles qu'il reste bien peu d'unités d'infanterie non-encerclées sur la carte! Col. Rosenberger comprends qu'il ne pourra plus défendre l'Ukraine ainsi et nous arrêtons la partie:

http://img11.hostingpics.net/pics/443083Ukraine43EndSession2A.jpg

Les troupes non ravitaillées sont les pointes soviétiques: Elles pourront continuer à attaquer en "Emergency Supply"...

Au sud, la situation est carrément catastrophique: La plupart des troupes allemandes se font encercler sans espoir de se libérer:

http://img11.hostingpics.net/pics/590981Ukraine43EndSession2B.jpg

Que vaut cette seconde édition?

Elle est beaucoup plus brutale en pertes et en redéploiement/mouvement de troupes que la première édition: L'incertitude apportée par les jets de défense déterminée sera appréciée des joueurs qui aiment s'adapter à chaque retournement de situation... Elle ne sera pas appréciée par ceux qui aiment un jeu plus prévisible et "calculé": Ils seront plus satisfaits par la première édition...

Personnellement, je trouve que cette seconde édition illustre bien le caractère chaotique, brutal et horrible en pertes humaines que fut la guerre sur le front de l'est! Ce faisant, le jeu permet au joueur allemand de se défendre (et même plus) ce qui est nettement plus plaisant que dans la première édition... Le gros désavantage est le "swing of luck", nettement plus prépondérant: Cela pourrait décourager certains joueurs...

Je remercie Col; Roenberger d'avoir testé avec moi ce jeu dans sa seconde édition!

Je conclurai par ceci: "Ne revend pas ton jeu, Bertrand: Il a des qualités!"

Pascal  wink

Last edited by Pascal Antoine (2015-12-18 19:11:00)


"La guerre fait de nous des monstres"... "C'est parce que nous sommes des monstres que nous faisons la guerre." - François Bourgeon - Dialogue extrait de la BD "La Petite Fille Bois-Caïman" - Courez acheter les 2 tomes, ainsi que toutes les BD de François Bourgeon - VITE!  :-))

Offline

 

#12 2015-12-22 08:14:41

Vinci
Praelatus
Registered: 2007-03-15
Posts: 275

Re: Compte-rendus de Décembre

Merci pour les CR - c'est toujours un plaisir de les découvrir! :-)

Waaoow, il y a déjà une carte pour le Prelude to War. Cela change du dernièr test auquel j'ai participé. Et les pactes dans tout cela - il y a eu moyen de tester?

Intéressant aussi l'Ukraine 43. J'ai la première édition, mais jamais joué. Les pions sont restés les mêmes? C'est quoi la différence majeure entre la première et deuxième édition au niveau règles?

Après je reste toujours un peu surpris par des abandons de parties quand il y a encore tellement du jeu à faire (sauf si il y a des conditions de victoires sudden death naturellement) - surtout pour la première partie. Pour moi, même quand il y a eu un départ difficile cela vaut la peine d'aller plus loin histoire de comprendre et evt voir les rebondissements possibles plus loin dans la partie.


Die unmittelbare Folge davon ist, dass man die moeglichst groesste Zahl von Truppen auf den entscheidenden Punkt ins Gefecht bringen muesse. ... Dies ist der erste Grundsatz in der Strategie. - Von Clausewitz (1832)

Offline

 

#13 2015-12-22 10:32:19

Pascal Antoine
Praelatus
From: Floriffoux
Registered: 2007-06-24
Posts: 1269

Re: Compte-rendus de Décembre

Vinci,

Les différences entre les deux éditions sont résumées sur cette page:

http://www.gmtgames.com/p-210-ukraine-4 … ition.aspx

J'ai aussi la première édition et je garderai les deux versions du jeu!

Abandons de partie: Dans les deux parties, nous étions très proches des Sudden Death Victory Conditions: Pour les Allemands dans la première partie et pour les Soviétiques dans la seconde.

De plus, les pertes Allemandes étaient contenues dans la première partie, alors qu'elles étaient catastrophiques dans la seconde... Dans les deux cas, il n'y avait pas photo, il me semble.

Enfin, cela nous a permis d'explorer le début de partie en profondeur et d'avoir une meilleure compréhension du système de jeu. wink

Last edited by Pascal Antoine (2015-12-22 10:37:23)


"La guerre fait de nous des monstres"... "C'est parce que nous sommes des monstres que nous faisons la guerre." - François Bourgeon - Dialogue extrait de la BD "La Petite Fille Bois-Caïman" - Courez acheter les 2 tomes, ainsi que toutes les BD de François Bourgeon - VITE!  :-))

Offline

 

Board footer

Powered by PunBB
Designed by Applejuice Overdose
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson